Vous êtes à la recherche d'un syndic pour votre copropriété ?

 

N'hésitez pas à contacter notre agence et nous vous conseillerons une solution adaptée pour une gestion efficace et transparente de votre copropriété. 

 

Choisir entre syndic bénévole et syndic coopératif

Le choix du mode de gestion d’une petite copropriété doit être soumis à un vote. Un juge mandaté peut effectuer la mission à défaut de désignation des membres.

 

Le syndic bénévole

 

Le syndic bénévole est la forme la plus commune, pour gérer une petite copropriété. La fonction est remise entre les mains d’un copropriétaire à plusieurs conditions. Le syndic non-professionnel ne possède de carte professionnelle, ni de garantie financière. Évidemment, il se doit de maîtriser les outils informatiques, en l’occurrence les logiciels de comptabilité. Comme pour tout syndic, il doit disposer d’une bonne connaissance de la législation sur la copropriété.

Ses compétences juridiques sont profitables, ainsi qu’une souscription à une assurance responsabilité civile en cas de fautes. La sélection s’opère à la suite d’un vote majoritaire. L’élu exercera sa fonction pour un mandat d’un an, renouvelable à travers un nouveau vote. Une période suffisante pour évaluer ses capacités à gérer la copropriété.

À noter : le syndicat des copropriétaires doit ouvrir un compte bancaire à son nom.

 

Le syndic coopératif

 

Pour gérer une petite copropriété, il existe aussi l’option du syndicat coopératif.
Il s’agit d’un mode de gestion, dont les conditions d’application sont soulignées par l’article 17-1 de la loi du 10 juillet 1965.

Ainsi, au cours d’une réunion les participants désignent les membres du conseil syndical, pour un mandat de 3 ans. C’est obligatoire si le bâtiment dépasse les 10 lots.
Le conseil mandate, à son tour, un président du conseil syndical qui exercera sa fonction pour une même durée. En principe, celui-ci agit en qualité de syndic. Toutefois, les autres membres du conseil syndical l’assistent dans sa mission. En pratique, chaque membre s’attribue une tâche en fonction de ses compétences.

 

Autre solution pour une petite copropriété : le syndic « Low Cost »

 

Parfois, gérer une petite copropriété peut également s’effectuer via Internet. Le syndic Low-Cost est à même de répondre à la demande de gestion des bâtiments. Cependant, cette formule s’adresse uniquement aux immeubles équipés de moins de 30 lots. Le contrôle repose alors essentiellement sur les nouvelles technologies.

Cette approche moderne permet l’usage d’une base de données commune accessible au conseil syndical, ainsi qu’aux copropriétaires. Un logiciel centralise tous les documents juridiques, administratifs et financiers relatifs à la petite copropriété. L’absence physique du syndic nécessite une présence d’un conseil syndical. Celui-ci prend en charge l’organisation et la tenue de l’assemblée générale.

Le fonctionnement du syndic low-cost est bien différent de tout autre système. En somme, les membres de la copropriété paient un abonnement mensuel ou un forfait annuel en échange de services. Ces prestations incluent, de nombreux conseils, la gestion des impayés et des sinistres. Le forfait inclut le plus souvent des visites techniques, et la gestion du budget collectif. Mais, dans certains cas, la plateforme en ligne fournit uniquement des conseils par téléphone, email ou vidéoconférence.

 

Article Source